La croisade amoureuse d'Aliénor d'Aquitaine

Publié le par muriel

"Conférence humoristique sur Aliénor d'AQUITAINE"


Lancée en décembre 1145 par le Pape Eugène III, la deusième croisade débute en 1147. Les croisés français partent de Metz en juin, sous la conduite de Louis VII, accompagné de sa femme Aliénor d'Aquitaine : "Sa présence, écrit Michelet, était peut-être nécessaire pour assurer l'obéissance de ses Poitevins, de ses Gascons. C'est la première fois qu'une femme a cette importance dans l'histoire."

La présence d'Aliénor entraîne dans cette croisade bien des châtelaines, qui se réunissent autour d'une vaillante amazone nommée par La Dame aux bottes d'Or.

Les chroniques s'accordent à dire que la guerre contre les musulmans n'est pas la seule occupation d'Aliénor pendant cette seconde croisade : "Tous les historiens du temps, nous dit par exemple François-Eudes de Méreray (Nobis), nous la dépeignent courant après un Turc dont elle avait fait l'objet de sa passion au mépris de sa religion et de sa dignité." Des bras de cet amant d'un jour, elle passe dans ceux de son oncle, Raymond de Poitiers, prince d'Antioche, puis dans ceux du célèbre chef des Sarrasins, Saladin lui même : "Ce fut Eléonore (Aliénor) qui charma le courage de Saladin, l'un des chefs de l'armée sarrasine, et qui, lui ayant fait connaître qu'elle ne croyait les protestations d'amour que dans sa langue, força ce grand capitaine à cet effet d'amour surprenant d'apprendre le français en quinze jours." (ce ne devait pas être très "fluent" ou alors il avait le don des langues..., pour Aliénor, ça peut être normal)

Au retour de la croisade, dont l'issue est du reste désastreuse, on apprend que le roi veut répudier Aliénor. D'autres affirment que c'est la reine, honteuse de la conduite de son mari à Antioche, qui demande le divorce (parce qu'elle n'avait rien fait. Ah les femmes!). Suger, comprenant les conséquences de cette séparation, s'y oppose. Il est vrai que le mariage de Louis VII a rapporté au royaume un nombre impressionnant de terres. C'est à la mort du conseiller du roi que la dissolution est prononcée, le 21 mars 1152. Ainsi la France perd-elle, le Poitou, le Limousin, le Périgord, l'Aunis, la Saintonge, toute la partie occidentale du pays : les deux tiers du royaume. Après le remariage d'Aliénor avec Henri de Plantagenet, (Y a-t-il eu une confession avant ? le Prêtre devait être sourd comme un pot) futur roi d'Angleterre, en mai suivant, ces domaines passeront aux Anglais. Ce sera la cause d'une nouvelle guerre que Suger avait sans doute redoutée.

Commenter cet article

saintsaire 28/10/2009 11:56


Je suis un peu gêné... cette femme doit être une des mes ancêtres, je dois être un descendant à la 25ème génération d'après mon logiciel de généalogie ! Toutefois pas par Louis VII mais par le roi
d'Angleterre Henri II d'Anjou Plantagenet et donc par son fils Jean sans terre !
J'espère que tu ne m'en veux pas.... hi hi hi
Bonne journée chère Muriel, Jésus est avec toi
Grosses bises


robic 28/10/2009 07:59


A les femmes! comme tu dis! Elles valaient leur pesant d'or!Cette "Dame aux bottes d'or me botte!