L'appel de Samuel

Publié le par muriel


imagesCA3K8CJA

Me voici, Seigneur

Les gestes des mains, le mouvement dies regards et les yeux des pupilles suffisent à reconstituer dans une extrême simplicité ce qui se passa au cours de la nuit où le jeune Samuel entendit l'appel du Seigneur. En deux espaces successifs, le miniaturiste évoque le moment de la révélation où Dieu- qui prend sur cette image le visage du Christ, se fait entendre à Samuel endormi, puis le dialogue qui suivit entre l'enfant et le prêtre Eli à la garde duquel il était confié.

Cette ministure appartient à une Bible latine du début du XIIIème siècle qui aurait été copiée dans le scriptoriumd'un monastère de Picardie; peut êtrecelui de Corbie. Elle décore la lettre majuscule F du verbe latin Fuit - mot qui ouvre le premier livre de Samuel, et c'est la raison pour laquelle cette initiale historiée est si bien mise en valeur sur un fond doré avec une harpe bleue au feston blanc et une crosse ornée de fleurs.

La scène se passe pendant le temps du sommeil, comme l'évoquent à la fois  les couvertures beiges sous lesquelles Samuel est allongé et le lit plus imposant avec son cadre aux rayures noires, roses et blanches et ses barreaux surmontés de pommeaux où se repose Eli, un homme âgé et presque aveugle. Dans la partie inférieure de la miniature, le petit Samuel dort  profondément, la tête posée sur son oreiller carré, la main contre la joue et les^paupières closes, le buste à moiié levé.

Comment exprimer le Son des paroles qie Dieu adresse à Samuel si ce n'est en dessinant un geste significatif ? Le bras démesurément long qui vient se poser sur l'épaule de l'enfant
endormi comme s'il voulait lui demander de le suivre est le signe de sa vocaation. Le Dieu qui visite Samuel est le Dieu invisible de l'Ancien testament ; le peintre choisit de l'incarner dans le Christ dont le visage imberbe révelle l'éternelle jeunesse. Sa tête porte une auréole crucifère bordée de banc à la vive couleur rouge brique sur laquelle ressortent les bras foncés de la croix. Son corps incliné qui se penche au-dessus du lit et la douceur de ses traits expriment un sentiment de grande tendresse à l'égard de celui auquel il se révèle.

Samuel a bien entendu qu'on l'appelait, mais il a pensé tout naturellement qu'il s'agissait d'Eli qi avait peut être besoin de quelque chose. Il se lève donc et va se diriger vers le lit du vieux prêtre. Pour bien bontrer la diffférence d'âge entre l'enfant et cette grande ersonne à la barbe grise et à la longue chevelue, les visages n'ont pas la même taille. Qu'importe si le visage d'Eli est disproportionné.

Les pupilles sombres de leurs yeux et leurs regards croisés expriment cet échange extraordinaire, cer Eli est celui qui détient la clé de l'interprétation de l'appal qu'entend Samuel. Il est intermédiaire qui décrypte la volonté de Dieu. L'enfant lui fait confiance et lui obéit fidèlement.

Cette bible est destinée au moines qui méditaient ses châpitres dans le lectio divina, ces temps de méditation et d'approfondissement de l'écriture sainte. L'économie de détail avec lesquels cette scène capiatle de la vocation de Samuel est rapportée est extrêment significative. En effet, c'est bien le Christ qui se penche vers Samuel, comme si cette représentation anticipait la parole de Jésus à ses Apôtres : Personne ne va vers le Père sans passer par moi (Jn4,6) Aussi tous ceux qui contemplaient cette miniature pouvait revivre leur propre vocation à la lumière de celle de Samuel comme l'appel de Dieu à suivre leur Seigneur.

Commenter cet article

mentale 31/01/2010 18:41


je passe te souhaiter un bon début de semaine!
et courage à toi!!
bises


Jonathan 31/01/2010 18:04


La voix de Dieu... c'est un murmure doux et léger comme l'a expérimenté Elie !
Peut-on l'entendre dans le vacarme de ce monde où l'on a trop souvent oublié ce qu'était le recueillement ?
Dieu parle aussi au travers de la Parole, il faut être attentif, certains passages bibliques s'illuminent quand on les lit !
"Job 33:14 Dieu parle cependant, tantôt d’une manière, Tantôt d’une autre, et l’on n’y prend point garde."
Bon courage chère Muriel et gros bisous à toi


Jean 31/01/2010 15:04


Bonjour
Puissions-nous aussi être à l'écoute de sa voix... Pour lui obéir !!!
Sincèrement
jean


Colombe777 31/01/2010 12:42


Puissions nous être à l'écoute...comme Samuel...à l'appel du Seigneur...bon dimanche muriel...Dieu te bénisse