L'héroisme de Juliette Dodu

Publié le par muriel



juliette-dodu-1-.jpgL'armée de Bismark envahit la France en 1870. Le 19 septembre, tandis qu'elle commence le siège de Paris, dautres subdivisions investissent Pithiviers, où, afin de pouvoir manoeuvrer secrètement, leur premier soin est d'occuper le bureau télégraphique. Les Prusiens s'emparrent des appareils et relèguent dans sa chambre la seule employée, une certaine Juliette Dodu, jeune créole arrivée de Saint-Denis de la Réunion six ans plus tôt.

Mais le fil de la station traverse la chambre de Juliette. Il suffit à celle-ci d'y attacher un autre fils et de le mettre en communication avec d'autres appareils, qu'elle a auparavant dissimulés, pour connaitre le secret des opérations militaires des Prussiens. : "Elle pouvait de la sorte, nous explique L'Electricité du 20 octobre 1878, intercepter les transmissions chaque fois que l'ennemi se servait du manipulateur et qu'un message du dehors parvenait à la station.

Juliette sait pertinamment qu'elle sera fusillée si son subterfuge est découvert. Mais, n'hésitant pas, elle dérobe à plusieurs reprises à l'ennemi d'importantes dépêches militaires, qu'elle communique au sous-Préfet de Pithiviers, qui, à son tour, les transmets par des experts àà l'armée Francaise per la Loire. Avertis à temps, les 40 000 soldats du général d'Aurelle de Paladines sont ainsi sauvés en 17 jours pendant lesquels Juliette ne cesse d'intercepter les dépêches.

Dénoncée par le servant de sa Mère, Juliette est cependant arrêtée et traduite devant une cour martiale : "Je suis Française, s'écrit-elle. J'ai agi pour mon pays. Messieurs faites de moi ce que vous voudrez." Le Tribunal la condamne à la peine de mort pour espionnage. Le prince Frédéric Charles, informé de cette condamnation, demande à la voir, et "comme il paraît sur^ris de son acte audacieux", il la fait libérer deux jours plus tard, peu avant la signature de l'armistice.

Juliette est décorée. Elle est la première femme à recevoir à la fois la médaille militaire de la Légion d'honneurs. En 01880, elle renonce au Service des Postes pour devenir inspectrice des écoles et salles d'asile. Elle s'installe en Suisse et meurt à Clarens, le 28 Octobre 1909, chez son Beau-Frère Odilon Redon. On lui organise des funérailles
 nationales.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jonathan 01/02/2010 17:16


Belle leçon de courage !
C'est bien pour cela que les hommes admirent les femmes ! Ah ! bon ce n'est pas pour ça ?
hi hi
Bonne fin de journée chère Muriel, j'espère que tu vas mieux ?
Gros bisous


mamie-lucette 01/02/2010 09:02


Bnjour Muriel, quelle belle histoire que celle de cette Juliette DODU, qui n'a pas eu peur de se faire arreter et qui a transmis des messages importants à l'armée Française.
Bonne journée et bosns baisers