Un laquais poignarde Louis XV

Publié le par muriel







Vers six heures du soir, Louis XV sort de la salle des Gardes du Château de Versailles et s'apprête à monter dans son carosse lorsqu'un inconnu le blesse d'un coup de couteau au coté droit. Il remonte dans sa chambre, où, se croyant mortellement blessé, il fait demander un prêtre pour se confesser. Sa blessure est peu profonde. Si aucun organe n'est atteint, c'est parceque le froid glacial de ce jour de janvier le contraint à porter des vêtements épais.

On fait parler l'auteur de l'attentat. Il s'agit d'un ancien laquais du nom de Roland François Damien. On l'interroge pour savoir s'il a des complices. Il refuse de répondre, affirme seulement n'avoir utilisé que la petite lame de son couteau, car il n'avait pas l''intention de tuer le roi. Il ajoute que "tour le peuple de  Paris périt et malgré toutes les représentations que le Parlement fait, le roi n'a jamais entendu à aucune.

A Paris, "la consternation a été générale et il y avait peu de personnes qui n'aient répandu des larmes". Lorsque le peuble est rassuré sur la santé du monarque, fin janvier, ce dernier prend des mesures.Le bruit circulant  que Damien aurait servi les jansénistes, il fait arrêter des ecclésiastiques, des écrivains, des imprimeurs, des librairees et les envoie aux galères. il s'en prend à ceux qui se sont compromis alors que l'on craignait encore pour sa vie. Entre autres le comte d'Argenson et Jean-Baptiste Machault d'Arnouville, qui ont signifié à la Marquise de Pompadour qu'elle n'était plus désirée à la Cour. Les deux hommes tombent en disgrâce le 1er février.

Dans son cachot, Damien soupire : "Que de monde dans l'embarras !" Puis il écrit au roi : "Sire, je suis bien fâché d'avoir eu le malheur de vous approcher, mais si vous ne prenez pas le parti de votre peuple, avant qu'il ne soit quelques années d'ici, vous et Monsieur le Dauphin, et quelques autres, périront." Il sollicite sa clémence au roi, qui la lui accorde. Mais le 28 mars, il subit le supplice du régicide et ùeurt après quelques heures d'agonie. 

Commenter cet article

robic 30/12/2009 18:32


C'est en pensant à toi que j'ai choisi cette super chanson de Jean-Claude Gianadda.Je ne désèpère pas qu'on aille l'écouté dans une église près de chez toi, comme avec Danylle! Elle m'a envoyé une
carte de Belgique! Le courrier marche plus vite qu'à l'ile de Pâques! Rebises. Hugues.


robic 30/12/2009 17:56


Et dire qu'on veut réduir des heures d'histoire!.. Après des mois sans avoir des nouvelles de Pasquale Orfeuil, je me suis décidé de l'appeler tout à l'heure. Elle était chez son médecin. Son mari
ma rassuré en partie. Elle est "stabilisé", mais elle ne pourra plus jamais se servir de l'ordinateur ou jouer du piano. Il m'a demandé de la rappeler le jour de l'an en matinnée. J'ai hâte
d'entendre à nouveau sa voix. Je vous donnerais de ses nouvelles. Et toi, vas-tu bien? Je te souhaite une très bonne fin d'année et une très bonne santé pour celle qui arrive. Douces bises. Hugues


Jonathan 30/12/2009 15:11


Je préfère solliciter la Grâce de Dieu, c'est plus sûr !!!
J'espère que tu vas bien chère Muriel ?
Gros bisous à toi


mamie-lucette 30/12/2009 15:09


Chère Muriel, je viens t'apporter mes meilleurs voeux pour 2010, que Dieu t'accorde ce qu'il jugera bon pour toi.
Je t'embrasse de tout coeur


Jean 30/12/2009 14:17


Que la grâce et la paix soient avec toi en cette fin d'année et pour l'année qui vient.
sincèrement
jean