Solférino et la Croix Rouge

Publié le par muriel


images-11--copie-1.jpg
La bataille de Solférino, remportée par l'armée franco-sarde sur les Autrichiens le 24 juin 1859, se solde par la mort de 6000 soldats. On dénombre également 40 000 blessés, ce qui met à mal les services sanitaires présents sur le champ de bateille. L'armée française comprend un nombre insuffisant de médecins, les mayens de transport sont inexistants, les caisses de pansements ont été abandonnées à l'arrrière.Neuf mille blessés parviennent à se traîner vers le village le plus proche, Castiglione delle Stivirere. C'est là dans l'Eglise de la Chiesa Maggiori, que l'humaniste suisse Henri Dunant, aidé par des femmes volontaires, soignent les mourrants pendant trois jours et trois nuits.

Bouleversés par l'après bataille de Solférino, Dunant, de retour à Genève, lance un appel à l'opinion europ^éenne dans un livre intitulé Un souvenir de Solférino : "Le sentiment qu'on éprouve de sa grande insuffisance dans des circonstances si extraordinaires et si solennelles, écrit-il, est une indicible souffrance ; et il est excessivement pénible, en effet,de ne pouvoir toujours ni soulager ceux que l'on a devant les yeux, ni à arriver à ceux qui vous réclement avec supplications, de longues heures s'écoulant avant de parvenir là où l'on voudrait aller, arrêté par l'un sollicité par l'autre, et entravé à chaque pas, par la quantité d'infortunés qui se pressent au-devant de vous et qui vous entourent; puis pourquoi se diriger à droite, tandis quà gauche il y en a tant qui vont mourir sans un mot amical,sans une parole de consolation, sans seulement un verre d'eau pour étancher leur soif ardente?"

Le 17 juillet 1863, Dunant créé une organisation internationale et neutre destinée à secourir les victimes de guerre. Elle prend le nom de Comité international de la Crois Rouge. Sous son impilsion, le 22 août 1864 est signée la première convention de Genève "pour l'amélioration des militaires blessés dans les armées en campagne".

Commenter cet article