Mort d'un faux Louis XVII

Publié le par muriel


imagesCAUVZGE6
Le Prussien Charles-Guillaumr Naundorff est né à Neustadt en 1786 d'un père serrurier qui lui apprend dès son plus jeune âge le métier  d'horloger. Lors d'un séjour à Berlin, en 1810, il rencontre un Français du nom de Maressin, qui prétend être le dauphin de Louis XVI et de Marie-Antoinette., mort en 1795 à la prison du Temple, Naundorff n'acccorde aucun crédit à cet imposteur se sépare de lui, mais médite aussitôt de jouer à son tour le rôle de l'ancien héritier du trône.

Il parvient à mystifier le conseiller d'origine française Paul Ludwig Le Coq en lui affirmant qu'il s'est évadé du Temple en 1795 et qu'il se protège des espions de Napoléon. Le Coq, profondément royaliste, lui procure de faux papiers qui vont l'aider, sous une nouvelle identité, à approcher les descendants de la famille royale française. Ainsi Neundroff écrit d'abord  à Marie Thérèse de France, fille ainée survivante de Louis XVI et de Marie-Antoinette, plus connue sous le nom de Mme Royale pendant la Révolution. De son exil à Prague, elle repousse la proposition de Naundorf de la rencontrer.

En 1812, Naundorff s'adresse ensuite au duc de Berry, fils de Charles X, qui n'a pas le temps de lui répondre : Naundorff vient d'être emprisonné pour une sombre histoire d'escroquerie. A sa sortie de prison, il gagne la France pour y exercer son industrie de prétendant au trône, concurrement avec Henri Hébert, dit le Baron de Richemont, autre "faux" Louis XVII. Il se lie d'amitié avec Elisabeth Vigiée le Brun, autrefois peintre de Marie-Antoinette, qui le renseigne plus précisément sur la famille royale. Fort de ses informations, il contacte à nouveu Mme Royale. Celle dont il prétend être le frère refuse sa visite à maintes reprises. Lassé d'espérer la rencontre, il "fit beaucoup de dupes, fut chassé, se donna comme prophète."

Son plus célèbre entretien est celui qu'il a avec Mme de Rambaud, ancienne femme de chambre de la reine. Attachée au dauphin, elle affirme de bonne foi le reconnaître dès qu'elle aperçoit Naundorff, mais préfère toute fois s'en assurer. Elle lui présente un vêtement bleu ayant appartenu au dauphin et lui demande : "Peut-être vous souvenez vous l'avoir mis, et dans quelle circonstance ; aux Tuileries ?" Naundorf répond : "ce n'était pas aux Tuileries, mais à Versailles, pour une fête. Et je ne l'ai plus porté depuis, car il me gênait." Sur ce, Mme de Rambaud le met en rapport avec son mari, ancien huissier de la chambre de Louis XVI, avec la marquise de Broglio-Solaris, attachée au service de Marie-Antoinette, Etienne Joly et Brémond, respectivement dernier ministre de la Justice du roi et ancien  secrétaire privé. Tous furent certains de le reconnaître à leur tour.

Ce qui finit par perdre Naundorff est de vouloir pousser trop loin l'imposture. En décembre 1834, il écrit à Louis Philippe pour revendiquer son droit au trône. En mars 1835, il fait parvenir à la Chambre des péritions le soutanant dans ses précieux intérêts.

Enfin, en juin 1836, il lance officiellement une assignation en revendication d'héritage à Charles X et à la duchesse d'Angoulême. Exaspéré Louis-Philippe le fait arrêter le 15 du même mois, puis expulser vers l'Angleterre, où il tente de poursuivre son oeuvre de mystificateur mégalomane. En vain.

Naundorff meurt le 10 aout 1845, à Delft, en Hollande, dans la plus pâle misère. Ses héritiers, défendus par le célèbre avocat et homme politique Jules Favre, plaident pour faire reconnaître leur prétendue origine. Mais le tribunal civil de la Seine repousse leur demande par jugement du 6 juin 1851.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pilayrou 05/02/2010 17:43


http://louisxvii.blog.fr/


Colombe777 28/01/2010 11:28


il y en a eu beaucoup des imposteurs...jusqu'à la propre fille du tsar....et encore maintenant on en voit...moi je te bénis chère Muriel...pour toutes ces pages d'histoire que tu nous
partages...merci vraiment...je suis très fan de l'histoire...alors sincèrement MERCI...bonne journée mon amie dans le Seigneur...Dieu te bénisse pleinement...Colombe777


mamie-lucette 28/01/2010 08:36


Bonjour Muriel, très intéressant ton article sur cet imposteur qui se faisait passer pour le Dauphin de Louis XVI , il était tenace et savait bien entortillé les gens.
Bonne journée chère amie et mes plus tendres baisers