Mlle Raucourt provoque des émeutes à son entèrrement

Publié le par muriel

La célèbre tragédienne Marie Antoinette Joseph Saucerotte, dite Mlle Raucourt, n'a aps 20 ans lorsqu'elle fait des débuts à la Comédie Française, dans le rôle de Didon. Elle n'en est écartée que le temps d'un emprisonnement pour dettes au Temple, en 1776. Elle bénéficie de la protection de Marie-Antinette puis de Napoléon Ier, qui la nomme directrice du Théatre-Français en Italie. En janvier 1815, se sentant mourir, elle souffle à son entrourage : "Voici la dernière scène que je jouerai, je suis prête à bien jouer."

Elle meurt le 15, après avoir légué par testament une partie de ses biens à l'Eglise. Ce geste ne suffit pas à convaincre le curé de la paroisse Saint-Roch qu'elle a droit à des funérailles. Il ferme les portes de son Eglise et refuse le service religieux à la défunte. La foule indignée, enfonce les portes, introduit violemment le cercueil, et se dispose à remplir lui-même les cérémonies d'usage.

L'émeute est à son comble lorsqu'un ordre de Louis XVIII part des Tuileries pour sommer le curé d'accorder à Mlle Raucourt les honneurs funèbres : "Les prédications incendiaires du clergé, écrit Adolphe Thiers, avaient tellemen iirrités les esprits, qu'on ne voulait pas même lui pardonner ses exigences les plus fondées, et il est propable que si le curé n'avait pas optempéré à l'ordre royal, la foule amautée aurait commis quelque profanadion déplorable, que l'armée et même la garde nationale aurait mis peu d'empressement à réprimer." A l'époque, on refuse d'admettre que le manque de considération à l'égard d'une personne vouée à la carrière du théatre n'est pas la seule raison invoquée par le curé de Saint-Roch pour priver Mlle Raucourt des honneurs de l'Eglise. Comme bon nombre de ses contemporains, le religieux sait que la tragédienne n'a pas été un parfait modèle de moralité. Elle ne cherchait pas à dissimuler son lesbianisme. Elle revêtait d'ailleurs souvent des habits d'homme et se vantait entre autre de demander à son fils de l'appeler "papa".

Commenter cet article

robic 21/01/2010 20:51


Supert église, Saint-Roch! Elle l'a échappée belle!!! Est-ce que tu vas bien ? Apparement l'opération de ma "petite-fille" virtuelle, Marmotte est toujours hospitalisée... Si j'en juge les com. de
sa famille, l'opération c'est bien passée... C'est un sacré bout de femme! Elle ne manque jamais les anniversaires, même le mien qui aura lieu bientôt!Bonne nuit. Douces bises. Hugues


guinyv 21/01/2010 19:12


L'eglise est toujours en retard..;; bonne soirée Muriel amitiés Yves


COLOMBE777 21/01/2010 10:36


c'est un régal..que ces temps d'histoires que tu mets sur ton blog...bonne journée ma douce...Dieu te bénisse pleinement


Le pèlerin 21/01/2010 07:03


Bonjour Muriel. Tes petits récits proposent des sujets d'étonnement variés. J'ai toujours plaisir à les parcourir. Je te souhaite une bonne journée.