La Montespan compromise dans l'affaire des poisons

Publié le par muriel


Marquise de Gondrin with Cupid

Le 20 août, dans le cadre de l'affaire des poisons, le lieutenant de police La Reynie entend les confessions de Marie-Marguerite Monvoisins, fille de la célèbre "faiseuse de poudre" Catherine Deshayes, dite la Voisin. Il apprend que Madame de Montespan, favorite du roi, est impliquée dans l'affaire et participe aux messes noires célébrées chez sa mère par l'abbé Guibourg.

Marie-Marguerite Monvoisin lui montre le texte lu par la favorite au cours de l'une de ces cérémonies diaboliques, alors qu'on vient de lire la messe sur son corps nu : "Je demande l'amitié du roi et celle de Monseigneur le Dauplin, et qu'elle me soit continuée, que la reine soit stérile, que le roi quitte son lit et sa table pour moi, que j'obtienne de lui tout ce que je demanderai pour moi et mes parents, que mes serviteurs et domestiques lui soient agréables, chérie et respectée des grands seigneurs, que je puisse être appelée aux conseils du roi, et savoir ce qui s'y passe, et que cette amitié redoublant plus que par le passé, le roi quitte et ne regarde La Vallière et que, la reine étant répudiée, je puisse épouser le roi."

L'Affaire des poisons prend alors une nouvelle ampleur. Une vague de suspicion s'abat alors que Madame de Montespan. Le 15 septembre, un paysans normand du nom de Philippe Galet reconnait avoir fabriqué un filtre à sa demande destiné à rendre le roi à nouveau amoureux d'elle. En effet, Louis XIV entretient une nouvelle maîtresse en la personne de Mademoiselle de Fontanges, et n'a d'yeux que pour elle. Le 30 septembre, Françoise Filastre, autre empoisonneuse, affirme avoir élaboré une poudre pour empoisonner, précisément, Mademoiselle de Fontanges. On parle également d'un placet enduit de poison qui devrait tuer le roi lui-même.

La compromission dans l'affaire des poisons de Madame de Montespan, mère de huit de ses enfants, pousse Louis XIV à étouffer un grand nombe de poursuites. Supplantée par Angélique de Fontanges, la Montespan, en 1684, est éloignée de ses appartements, puis quitte définitivement Versailles et sa cour en 1691.


Commenter cet article

guinyv 15/12/2009 19:08


Les photos sont arrivées ... bravo ?.. bonne soirée Muriel amitiés Yves


Jonathan 15/12/2009 11:44


Une comme ça où je pleure !!! hi hi
Après tout ce Louis n'avait qu'à être un peu moins cavaleur... cela aurait été plus paisible autour de lui !
Je te souhaite une bonne journée chère Muriel
Que Dieu te bénisse
Gros bisous


mamie-lucette 15/12/2009 09:09


Bonjour Muriel, une bien triste histoire que celle de la Montespan, elle a eu de la chance que Louis XIV ne la poursuive pas en justice, car elle aurait bien pu terminer par etre condamnée à mort.
Bonne journée et bons baisers