Louis XV défend à Dieu de faire des miracles

Publié le par muriel

2891424928_fe412e7528.jpg


L'abbé François Pâris, fameur diacre de Paris, se donne toute sa vie dans une maison du faubourg Saint-Marcel, où il se livre à la dévotion et aux pratiques les plus rigoureuses de la pénitence. Il y meurt en 1727. Son frère lui ayant fait ériger un tombeau dans le petit cimetière de Saint-Médard, les pauvres qu'il avait secourus vont y demander des miracles au cours de l'été 1731.

Des dizaines de personnes, borgnes, boiteuses, estropiées, hurlent , sautent, bondissent, deant une foule de badauds. Il y a en effet des guérisons extraordinaires : "Le premier cas fut un fripier qui se déclara guéri de ses ulcères à la jambe. D'autres guérisons dites miraculeuses suivirent. Tant et si bien que tous les malades et estropiés de Paris et de province accoururent vers la dalle noire de Saint-Médard dans l'espoir de trouver la guérison à leurs maux. On vit même arriver la vieille princesse de Conti qui, devenue aveugle, espérait bien que le diacre défunt lui ferait retrouver laa vue. La plupart d'entre eux, en voyant et en touchant la tombe, étaient pris de convulsions et prétendaient voir des choses extraordinaires. Cherchant à provoquer des sensations et des visions, certaines personnes parvinrent à des extrencités incroyables : elles mangèrent la terre du cimetière et avalaient des cailloux; d'autres se faisaient littéralement piétinés par de solides garçons qu'on appelaient "les secouristes". On vit des malades demander qu'on fasse tomber sur elles des poids de 25 kilos sans apparamment rien sentir - du moins elles l'afirmaient. Certaines, enfin, avalaient avec gourmandise de grosses billes. Des sectes se formaient, il y avait les Sauteuses, les Aboyeuses, les Miauleuses. Chacune avait son chef et même son trésor."

Louis XV est contraint de faire cesser ce spectacle et fait fermer le cimetière en promulgant une ordonnance le 29 janvier 1732. On affiche sur la porte :

De par le Roi, défense à Dieu
De faire miracle en ce lieu.

Commenter cet article

muriel 28/12/2009 18:25


Eh bien oui, Cher Jonathan, j'étais sure que j'allais te faire bondir. Gagné!!! Bonne soirée. Ce roi avait perdu tout sens commun. Au lieu de faire tournoyé les fausses et les vrais marquises, il
aurait mieux fait de lire la bible. Peut être que si j'ai le temps il trouvera quelque chose dans les encyclopédies. Bises


saintsaire 28/12/2009 16:54


Les miracles, on ne peut les attribuer à personne autre qu'à Dieu ! Moïse dans sa sagesse l'avait bien compris. Il disait:
"Exode 15:11 Qui est comme toi magnifique en sainteté, Digne de louanges, Opérant des prodiges?"
L'imagination charnelle est sans limite et l'on a tôt fait de dérailler !
Quand à donner des ordres à Dieu... ça n'a pas de sens commun. Ce pauvre roi perdait ses pantalons !
Bonne fin de journée ma chère Muriel
Gros bisous à toi


Colombe777 28/12/2009 13:14


Cela m'a bien fait rire ce titre de ton article...m'étonnes pas après de la vie qu'il a eu ce roi...bisou du lundi....Colombe777