Louis XI gifle Agnès Sorel

Publié le par muriel



En 1440, au lendemain de la Révolte dite "La Praguerie"", le jeune Louis, l'héritier de la couronne, se console mal d'avoir à s'incliner devant son père Charles VII. En lui accordanr une vague pension et l'administration du Dauphiné qui, de toute façon, lui revient de droit, le roi montre qu'il lui pardonne tout juste sa soumission. Il le soupçonne d'ailleurs de continuer à soutenir la cause des princes rebelles, de vouloir fomenter des troubles de palais et faire assassiner son confident Pierre de Brézé.

Les rumeurs colportées sur son compe excient la mauvaisee conduite du dauphin, que la mort de sa femme, Marguerite d'Ecosse, au mois d'aout 1445, ne fait qu'aggraver. Il cherche à faire éclater sa rancoeur contre Agnès Sorel, la favorite de son père. Il lui reproche de bafouer sa mère, Marie d'Anjou, dont elle prend la place, ne supporte plus sa liberté de moeurs, l'accuse de pervertir le roi son amant. Un jour de 1446, il finit même par la menacer de son épée et la gigle publiquement. Charles VII, lassé de ses frasques, l'envoie en exil ans le Dauphiné pour quatre mois. Il n'en revient qu'après la mort du roi, pour lui succéder sous le nom de Louis XI.

A son retour, Agnès Sorel aussi est morte, empoisonnée. Pendant longtemps, on se persuadera que Louis XI est l'assassin. Il est vrai que sa rancune pour l'ancienne maîtresse ne lui est toujours pas passée.

Se trouvant dans l'église de Loches, où Agnès est entérrée, les chanoines le prient un jour de faire enléver de leur chooeur "un objet si propre à les scandaliser". Il répond : "J'y consens, mais il faut rendre auparavant tout ce que vous avez reçu d'elle." En effet, pour avoir son tombeau dans le choeur de l'eglise, Agnès avait donné au châpitre deux mille écus d'or, une magnifique tapisserie et divers joyaux.

Commenter cet article