Les secrets royaux de l'armoire de fer

Publié le par muriel

Mort le 2 avril 1791, Mirabeau entre le 4 au Panthéon. A la même époque, on apprend l'existence à Versailles d'un apprenti serrurier du nom de François Gamain, que Louis XVI a engagé suelques années avant la Révolution française pour entretenir la serrurerie du château. Après les journées des 5 et 6 octobre 1789, Gamain suit à Paris la famille royale, contrainte par les évènements à s'établir aux Tuileries. C'est là que Louis XVI commence à dissimuler des documents compromettants, parmi lesquels des correspondances qu'il entretient avec Mirabeau depuis 1790, année où le grand tribun, espérant devenir son ministre, prend contact pour la première fois avec lui  avant de lui prodiguer ses conseils et de lui fournir des informations. Le roi conserve ces précieuses pièces dans une armoire de fer. Germain l'a confectionnée dans l'épaisseur d'un mur, près de la chambre à coucher du couple royal, et elle est fermée par une porte en tôle recouverte d'une couche de peinture imitant la pierre.

Mais le 19 novembre 1792, soit scrupule, soit espérance d'une récompense, Germain dévoile le secret au ministre Roland de La Platière, qui court aux Tuileries et tire de l'armoire suffisamment de documents pour que leur "Inventaire et description sommaire" emplisse le neuvième tome des pièces du procès de Louis XVI qui s'ouvre en décembre. Le 20, il les dépose sur le bureau de la Convention. Chaque feuille, chaque papier dénonce des ennemis  de la nation. Parmi eux : Mirabeau.

Le 27 novembre 1793, Marie-Joseph Chénier, qui lui même avait célébré dans ses vers la gloire de Mirabeau, propose d'exclure sa cendre au Panthéon. Le 12 septembre 1794, deux mois après la chute de Robespîerre, l'exhumation de l'ancien ténor de l'Assemblée a lieu "dans les mêmes forme que l'exécution d'une condamnation judiciaire".

Accompagné d'un cortège de députés, un huissier de la Convention s'avance jusqu'au caveau et fait la lecture du décret excluant  Mirabeau du Panthéon. Le corps est extrait du caveau, puis du cerceuil de bois, et enfin du cercueil de plomb avant d'être déposé dans la bière, qui est enterrré le même jour au cimetière de Clamart. En lieu et place de Mirabeau au Panthéon, toujours le même jour, on met Marat, qui lui-même, sera expulsé du monument en 1795 par les royalistes. 

Commenter cet article

Colombe777 12/01/2010 09:34


bravo ma grande....un régal tout cet historique...bonne journée à toi


Thierry 12/01/2010 08:57


bonjour

mais ou trouvez-vous toutes ses infos historiques

c'est génial


guinyv 12/01/2010 08:49


Coincidence aujourd'hui je parle de la bêtise.... bonne journée Muriel amitiés Yves