La reine-claude de Pierre Belon

Publié le par muriel



Esprit très en avance sur son époque, l'un des plus grands scientifiques du XVIèùe siècle, Pierre Belon peut très tôt se livrer à l'étude de l'histoire naturelle grâce à la protection de René du Bellay, évêque du Mans.

En 1545, installé à l'abbaye de Saint-Germain-des-Près, et sous la protection de Guillaume Duprat, évêqie de Clermont, du cardinal de Lorraine et du cardinal de Tournon, il travaille pous le roi avant d'entreprendre, au début de 1546, un long voyage de trois ans qui le conduisit en Grèce, en Crète, à Constantinople, à Alexandrie, au Caire, en Thrace, en Macédoine, en Asie Mineure ou encore en Palestine et en Syrie.

A son retour en France et après avoir recueilli de nombreuses observations lors de son voyage, il piblie une grande quantité d'ouvrages tous d'une importance capitale. Il impose également la prune, qu'il a rapportée d'Orient et qui fut peut être introduite pour la première fois en France par les croisés. En 1557, à la suite d'expériences de greffages, il met au point une variété perticulièrement sucrée et de couleur dorée ou verte. Etant alors au service du roi Henri II, fils de Claude de France; qui vient de lui délivrer une pension, il décide de la baptiser reine-claude, en hommage à la mère de son protecteur royal, qui fue 'bonne et douce"

PS: Un jour partie au mariage d'une de mes nièces, en Bretagne accompagnée par un Neveu, j'avais laissé mes deux chiens à la garde d'une jeune voisine. Mes chiens s'embêtant sont allé de déffouller sur les reine claudes. Le résultat prévisible : une colique carabinée, bien sur, sur le tapîs du Salon qu'elle m'a laissée la joie de néttoyer avec ma sclérose en plaques. Merci la jeunesse !

Commenter cet article

Jonathan 24/11/2009 09:36


Dommage que les chiens n'avaient pas mangé les noyaux... il y aurait peu être eu moins de dommage pour le tapis du salon !
Je te souhaite une bonne journée chère Muriel.
Bon courage, tout est possible à Dieu !
Gros bisous