La guerre des farines

Publié le par muriel

 

Le 13 septembre 1774, le contôleur général Turgot publie un édit libérant le commerce des grains à l'intérieur du royaume, édit qui, en avril 1775, provoque la flambée des prix des denrées et entraîne le mécontentement des villes de province.

A Dijon, particulièrement, une augùentation du Prix du pain suffit pour déclencher l'émeute. En Picardie et en Île-de-France, des moilins et des fermes sont pillés, des convois de farine destinés à Paris sont bloqués, les greniers à grain attaqués. ¨Partout, les émeutiers imposent leurs prix et réclament l'intervention de l'administration pour défendre les cours.

Le 2 mai, à Vervailles, on envahit la cour du château, où le roi tente de haranguer la foule des émeutiers. Louis XVI ne désavoue pas la politique de son contôleur général, Turgot, d'où vient tout le mal, et donne l'odre aux gardes de protéger le marché de Vervailles. Les émeutiers se portent alors vers le marché et s'en prennent à leur commandant, qui finit par accéder à leurs voeux en obligeant les boulangers à vendre le pain en-dessous du prix.

Le 3 mai, à Paris, on pille les halles, les marchés et les boutiques. La sédition gagne bientôt les faubourgs Saint-Martin et Saint-Antoine. On appelle le peuple à pendre les armes. Dans la nuit, un conseil d'urgence se réunit autour de Turgot. Le ministre fait adopter des mesures de répression. Le 6, ce que l'on appelle désormais la "guerre des farines" s'achève après la pendaison pour l'exemple; à Paris, de deux émeutiers  

Commenter cet article

robic 07/01/2010 22:27


Je me suis régalé avec cette mélodie.Douce nuit.


robic 07/01/2010 22:25


Coucou! T'es-tu apercue que je me fais rare? Hier j'ai eu la suprise d'héberger mon fils avignonais en mission à Grenoble... Retour du resto 22h! Et ce matin prévoyant de grosses chutes de neige,
j'ai profité d'une accalmie pour aller faire "un tour" à Grenoble. Je vois avec plasir que mes petits coucous chiliens arrivent après sept semaines de vagabondage! La preuve, ma soeur et mes tantes
les ont recues elles aussi ce matin! Dis-moi, où puis-je déposer mes bises? Car je vois d'après jonathan que tes queues de lézard repoussent! Bon, si tu dors, je les dépose sous ton oreiller sans
te reveiller!