La grâce de tomber

Publié le par muriel

Comment le Sauveur est-il venu pour la chute et le relèvement d'un grand nombre (Lc2,34) ? Suivant une explication élémentaire, on peut dire qu'il est venu pour la chute des infidèles et le relèvement des croyants. Mais une interprétation appronfondie de l'Ecriture reconnaît que, pour faire une chute, il faut auparavant être debout. Indiquez moi donc qui se tient debout, pour la chute de qui le Sauveur est-il venu et qui peut se relever. Il est évident que, pour se relever, il faut être auparavant tombé à terre. Aussi il faut bien se rendre compte que le Sauveur n'est pas venu pour la chute des uns et le relèvement des mêmes personnes.

Il me faut d'abord tomber, et une fois tombé, bien me relever pour éviter que le Seigneur n'ait été pour moi cause d'une chute funeste. Mais c'est pour que je me relève qu'il m'a fait tomber et cette chute aura été beaucoup plus utile pour moi que la période où je praissais tenir debout. C'est le péché qui me faisait tenir droit à l'époque où je vivais du péché ; mais parce que je me tenais droit, appuyé sur le péché, il me fut très utile tout d'abord de tomber et mourir au péché.

A toi aussi le Seigneur t'a d'abord accordé la grâce de tomber. Tu étais pécheur, que le pêcheur en toi tombe afin que tu puises ensuite te relever et dire : Si nous sommes morts, avec lui aussi nous réssusciterons (2Tm 2, 11).



Origène (décédé vers 254), prêtre  né à Alexandrie, penseur et spirituel éminént, fut le plus profond exégète de l'Antiquité chrétienne.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jonathan 03/02/2010 16:50


"Luc 9:23 Puis il dit à tous: Si quelqu‘un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge chaque jour de sa croix, et qu’il me suive."
On a trop souvent pensé que porter sa croix, c'est porter le fardeau d'une maladie, d'une vie difficile.
Dans la pensée biblique ce n'est pas cela.
D'ailleurs ceux qui ne sont pas chrétiens portent aussi des fardeaux qui sont très lourds.
La croix parle de crucifiction... logique !
Elle nous parle de condamnation et de mort !
Renoncer à soi-même et porter sa croix, c'est accepter la mort du "moi" appelé quelquefois "le vieil homme", pour pouvoir manifester la vie de l'homme nouveau dont Jésus a parlé à Nicodème.
Cet homme (ou cette femme) nouveau reflète la vie de Jésus, ses sentiments alors que le vieil homme n'est que péché et n'est pas "recyclable" ni "récupérable"
L'apôtre le dit :
"Galates 2:20 J‘ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a
aimé et qui s’est livré lui-même pour moi."
Bon courage chère Muriel et encore gros bisous


robic 03/02/2010 10:28


Coucou! Pour une fois je suis le premier! Cet article m'a fait poiler! J'en tombe de haut!Moi je ne risque rien, je ne suis pas pécheur! Mes deux fils et mon petit-fils le sont, mais moi, j'ai
horreur de la pèche et de la chasse!Je fais un petit tour chez nos amies (is) et je reviens tout à l'heure. Grosses bises (magiques?)en attendant. Hugues.


mamie-lucette 03/02/2010 08:47


Bonjour Muriel; pour se relever il faut etre tomber, c'est bien dans ce sens que doit s'opérer cette parabole. Dieu nous montre que lorsque nous avons péché, il est là pour nous aider à nous
relever.
Bonne journée et gros bisous