L'humilité de Dieu

Publié le par muriel

Dans sa prison de Machéronte, Jean-Baptiste, quand il envoit ses disciples demander à Jésus : Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? (Lc7, 19) il est humble entre les humbles, mais à l'avant-dernière étape de la perfecion humaine.
Que faut-il de plus à ce géant de sainteté ? Il a prononcé la phrase qui traversera les sciècles : Il faut qu'il croisse (lui, Jésus) et que moi je diminue (Jn 6, 90). Et il diminue si bien qu'il est délaissé, abandonné de tous, rejeté, éffacé. Humble et humilié. Pourquoi doute-t-il ? Il doute parce que sachant que l'homme intélligent et libre doit être humble devant sa conscience, et plus encore la créature devant son Créateur, et bien davantage le fils devant son Père, il y a quelque chose qu'il ne sait pas encore, c'est que toute humilité d'homme est une participation à l'humilité de Dieu. Il ne sait pas encore que Dieu lui-même en son éternité est humble, plus humble que tout ce qui tient de lui, l'existence et la vie. Si jean s'étonne, et s'inquiète de la manière dont celui qu'il tient pour le Messie accomplit sa mission, c'est qu'il lui faut encore apprendre que c'est un Dieu infiniment humble que Jésus doit révéler.

François VARILLON, S.J.

François Varrilon (décédé en 1978) Membre de la Compagnie de Jésus commentateur et ami de l'écrivain Paul Claudel, a écrit de nombreux ouvrages de formation chrétienne)

Commenter cet article

Jean 16/12/2009 14:08


bonjour
Oui on peut comrpendre aussi que devant l'adversité qui est la sienne, il se met à douter un peu... Et Jésus le renvoie à l'accomplissement des prophéties... Afin qu'il prenne lui-même position
devant son doute...
sincèrement
Jean