L'affaire de Damas

Publié le par muriel

imagesCAYVU2TN.jpgJames de Rotschild


Le 5 février disparaît à Damas, le père Thomas de Compagniano, capucin d'origine sarde missionnaire dans un centre médical de la capitale syrienne. En vertu du traité franco-turc de 1740 reconnaissant aux diplomâtes français un droit de protection sur tout le clergé catholique, le concul de France à Damas, le comte de Ratti-Mentonprocède à une enquête.

Deux semaines plus tard, son rapport mentionne que le religieux a été assasiné par des juifs et prononce plus particulièrement dans son accusation le nom d'un ressortissanr autrichien du nom d'Isaac Picciotto. A Vienne, le chancelier Metternich exprime sa colère contre cette accusation qu'il juge non fondée. Ses alliés, la Prusse, la Russie et l'Angleterre, s'apprêtent à faire front avec lui contre la France. Car, à Paris, le président du Conseil Adolphe Thiers soutient le rapport de son conseil et se fait le défenseur des antijuifs de Damas.

De son coté, le banquier James de Rotschild tient à intevenir en personne dans cette affaire, d'une part parcequ'elle salit les juifs, d'autre part parce que la guerre est l'ennemie de ses finances.

Les journaux sont utilisés  comme armes offensives dans une série d'affrontements entre le banquier et l'homme d'Etat.

Après la déclaration, à la Chambre, de Thiers accusant les juifs de faire des sacrifices rituels sur les chrétiens; Rothschild réagit vivement par un article publié dans le Constitutionnel où il dénonce les propos du Présiden du Conseil et révèle qu'il s'apprête à envoyer des émissaires en Syrie pour mener une enquête. "De quel droit et à quel titre, répond Thiers dans le même journal, ce roi de la Finance s'ingérait-il dans nos affaires ?" Quelques jours plus tard, à la Chambre, il ajute, à l'adresse d banquier : "Vous réclamez au nom des juifs, et moi je réclame au om des Français."

Cette affaire réveille les passions antijuives à traves toute l'Europe. Les journaux évoquent la pratique constituant à utiliser du sang des chrétiens dans la fabrication de leurs pains azymes. Des feuilles catholiques déversent leur état d'âme en gros caractères : "Les juifs sont une race maudite depuis qu'ils ont vendu Notre Seigneur. Ce sont des prasites dangereux et insatiables qui sont partout où on commet des crims"; "Le vrai patriotisme est celui des baptisés".

Dans les rues de Paris, les éléments de gauche tentent de s'opposer à coups de bâtonsà la droite extrême qui crie : "A la Seine les youpins !" ;  "Soit les chrétiens soit les juifs devront sortir de France !" ; "Juifs, agents de contagion du choléra ! " En Allemagne des exaltés distribuent des feuilles sur lesquelles sont proposées diverses  manières d'exterminer les juifs : la vivisection, la crucifixion, l'empalement et autres méthodes médiévales. En Angleterre, on commente dans les cafés l'existence des sales juifs avec répugnance. En Autriche, en Prusse, en Pologne, les commerces juifs sont mis à sac, et leurs propriétaires torturés ou tués. Les ghettos d'Allemagne sont pris d'assaut, et leurs occupants, blessés ou massacrés à coups de barres de fer. A Francfort, on retrouve des corps des juifs sans vie dans le Main. Ceux de diverses juiveries d'Italie du Nord, des Roumanie ou de Russie finissent en grand nombre pendus, mutilés ou égorgés.

Le 7 novembre, un décret remit à Rothschild sur sa demande met fin aux accusations portées contre les juifs de Damas. Mais la haine antisémite est loin d'être éteinte.

Commenter cet article

mamie-lucette 26/01/2010 11:25


Bonjour Muriel, toujours cette haine contre les juifs, quand cessera-t-elle ? Bonne journée et bons baisers


Colombe777 26/01/2010 09:09


et oui et cette haine continue...prions pour le peuple élu de Dieu...bonne journée Muriel...Dieu te bénisse pleinement...Colombe777