Jésus priait

Publié le par muriel

Le lépreux (Lc 5, 12-16) ne peut se tenir de publier sa guérison, ce qui accroit dans le peuple la confiance que lui inspire un thaumaturge, si humain en sa compassion secourable et si divin dans la manifestation de son pouvoir. On accourait en troupes nombreuses pour l'entendre et pour être guéri des maladies. Mais lui se retirait dans des lieux déserts et priait (v. 15-16). Cette prière de Jésus au désert a, depuis des siècles, été l'objet d'une contemplation aimante de la part des chrétiens. Ils y ont vu un mystère et une leçon. Ils ont admiré la source intérieure d'où jaillissait l'action du Maître. Et comme lui, ils ont associés aux labeurs de l'apostolat les recueillements de l'oraison. Dès le début, les Douze le rappellent : Il faut unir  la prière au ministère de la parole (Ac. 6, 4). Et, de siècle en siècle, cette alliance de l'oraison et de la prédication a perpétué l'action sanctifiante de l'église à travers le monde. Quant à Jésus lui-même, il a révélé, en se retirant dans les lieux déserts pour y prier, alors que  les foules le cherchaient, l'inspiration de son Evangile. S'il en annonce la bonne nouvelle, c'est la vertu de l'Esprit Saint.

Joseph HUBY

Le père Huby (décédé en 1948), de la Compagnie de Jésus, a fondé en 1922 la collection "Verbum Salutis", dont le père de Lubac disait qu'il s'agissait d'une oeuvre d'"exégèse sereine".
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article