Enflammé de l'amour de Dieu

Publié le par muriel

Bossuet reprend ici une distinction classique entre, d'une part, l'attrition, conversion imparfaite lorsque le regret des péchés n'est pas animé par l'amour, et, d'autre part, la contrition, retour pleinement aimant à Dieu.

L'eau du baptême de Jésus-Christ n'est pas une eau vide et stérile, le Saint Esprit l'anime et la rend féconde : en lavant le corps, elle enflamme le coeur ; si vous ne sortez du baptême plein de feu céleste de l'amour de Dieu, ce n'est pas le baptême de Jésus-Christ que vous avez reçu. La pénitence chrétienne, qui n'est autre chose qu'un second baptême, doi être animé du même feu : Celui à qui on remet davantage doit aussi, dit le Sauveur, aimer davantage (Lc. 7, 47). Quand vous n'avez que les larmes que la terreur fait répandre, ce n'est que l'eau et le baptême de Jean.  Quand vous commensez à aimer Dieu comme l'auteur et la source de toute justice, Jésus commence à vous baptiser intérieurement de son feu, et son sacrement achèvera l'ouvrage.

Jacques-Bénigne BOSSUET




Jacques -Béningne BOSSUET (décédé en 1704) grand prédicateur, fut évêque de Comdom et de Meaux. Il fut aussi précepteur du Grand Dauphin.

Commenter cet article

mentale 10/01/2010 18:05


un petit coucou entre deux chutes de neige, bises


Le pèlerin 10/01/2010 07:21


je constate que nous avons les mêmes pratiques matinales. Passe un bon dimanche.