Du sabbat au dimanche

Publié le par muriel

Saint Hilaire explique ici, par la valeur des chiffres, le sens du dimanche, témoignant par là même d'une pratique ancienne, l'interdiction de s'agenouiller et de jeûner avant la "Pentecôte" ("cinquantième jour" après Pâques), et de même le dimanche.


Le nombre sept, multiplié en septuple par sept, montre ce qu'est le sabbat des sabbats (cf. L25, 8), puisque le premier jour; identique au huitième, s'ajoute au dernier sabbat pour donner la plénitude évangélique. Les Apôtres ont célébré ce sabbat des sabbats avec respect (de Pâques à la Pentecôte) : pendant ces cinquante jours, personne ne se prosternait pour adorer, n'empêchait par un jeûne  de fêter ce bonheur vécu dans l'esprit.

Ces pratiques ont été étendues aux dimanches, qui viennent s'ajouter au  nombre de sabbat pour donner accès à la plénitude dont parle l'Evangile. En effet, bien que le nom et l'observance du sabbat concernent le septième jour, nous nous réjouissons la huitième jour, qui est aussi le premier, de fêter la sabbat parfait.

S. Hilaire de Poitiers



Saint hilaire (décédé en 367), père de familledevenu évêque de Poitiers vers 350, apôtre de la Gaule, est l'un des grands défenseurs de la Trinité au IVème siècle.

Commenter cet article

Jonathan 13/01/2010 11:19


Bien sûr, dans la l'ancienne alliance, le peuple de Dieu se reposait le septième jour.
Dans la nouvelle alliance, on commence par se reposer puisque le dimanche est le premier jour de la semaine.
Autrement dit en Jésus-Christ, on entre dans le repos de Dieu !
Bonne journée chère Muriel et gros bisous