Début de la fronde des Princes

Publié le par muriel



La fin de la journée des barricades du 26 août ne met pas un terme au mécontentement des Parisiens et ne diminue en rien la haine qu'ils ont pour Mazarin. Les parlementaires exigent par deux fois l'expilsion du cardinal sans l'obtenir.

Cependant, la cour les satisfait en leur faisant quelques concessions à l'issue des conférences tenues à Saint-Germain du 25 septembre au 4 octobre 1648 et par une déclaration royale d'Anne d'Autriche. Mais pendant l'automne, les parlementaires adressent plusieurs protestations contre les infractions faites à cette déclaration. Mazarin projette alors de réduire Paris par la famine. Les mécontents organisent la résistance. Leur révolte prend le nom de fronde, par allusion, si l'on en croit les mémoires du marquis de Montglat, un jeu alors très répandu dans Paris et dans lequel les jeunes gens se combattent à coups de frondes et de pierres.

Le cardinal fait appel aux 4 000 mercenaires allemands de l'armée de Condé, tandis que le Parlement confie le commandement de ses troupes au prince de Conti, coadjuteur de Paris.

Un coup de tonnerre va allimenter la rebellion et, pendant 4 ans, faire vivre la capitale au rythme des émeutes. En effet, le 18 janvier 1650, on procède à l'arrestation de Condé, qui a tenté de tirer profit de la révolte au détriment de Mazarin. Il est enfermé au donjon de Vincennes avec Conti et Longueville. Cet épisode  conduit les clientèls des princes à l'insurrection et par conséquant celle de leurs provinces. La Bourgogne, la Normandie, Le Limousin, le Poitou et l'Aquitaine rallument la guerre civile. C'est le débit de la "Fronde des Princes", qui succède ainsi à celle des parlementaires.

Abondonné par la cour, Mazarin s'enfuit de Paris sous un déguisement dans la nuit du 6 au 7 février 1951 et gagne Brühl, près de Cologne.

Cependant, Mouis XIV, âgé de 12 ans, est quasiment retenu prisonnier avec la reine au Palais-Royal, par les grands du royaume. Pour faire taire les rumeurs de fuite, Anne d'Autriche montre à la foule son fils en train de dormir. Le même jour, elle accepte  la réunion des états généraux. Devant les représentants du peuple, elle ordonne de libérer Conti, Longueville et Condé, qui prend la tête des Frondeurs.

En début d'année 1652, dans les salons qui recoivent en secret les mécontents, les princes rédigent les derniers pamphlets et tiennent leur conciliabules. On y parle de la lassitude du désordre qui commence à gagner la bourgoisie et le peuple. Les chefs se querellent, s'effondrent, préparent leur reddition. En septembre, une foule de Parisiens se réunit devant le Palais Royal pour exprimer son désir de voir le  roi faire son retour à Paris. Le 13 octobre, contraint par son impopularité, Condé s'exile en Flandre; où il se met au service des Espagnols. Le 21, Louis XIV est acceuilli avec transport par la liesse parisienne et s'installe au Louvre. Mazarin, rappelé sur la demande d'Anne d'Autriche, rentre à Paris, triomphant, le  3 février 1653.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mamie-lucette 08/12/2009 11:14


Bonjour Muriel, ton chien est très intelligent, il faudra le féliciter d'avoir sauver de la fusillade cette pauvre perdrix. Cet épisode sur la Fronde est très intéressant car il montre les
oppositions de Mazarin avec le Cardinal, pour enfin triompher au bout de 5 ans de luttes. Paris a été le centre de cet événement . Bonne journée et bons baisers.