Ce que tu as caché aux sages et aux savants

Publié le par muriel




Voici le signe qui nous est donné à Noël : Un nouveau né emmailloté dans une mangeoire (Lc 2, 12). C'est un fait historique : Dieu fait homme n'a pas voulu que nous puissions le trouver, le reconnaître et l'aimer dans les atttributs de sa divinité. Qui de nous peut prétendre qu'il l'aurait reconnu ? Si j'avais été simplement averti qu'un Dieu venait de naître sans qu'on m'eût  indiqué l'endroit par une étoile, pour être certain de lui prouver mon amour, j'aurais été obligé de le prouver à tous les nouveaux nés que ma quête aurait mis sur mon chemin. Mon problème aurait été exactement le même qui se posa à Hérode : pour tuer l'enfant Dieu, il a été obligé de tuer tous les enfants de Bethlééem, sans exception. Pour aimer l'enfant Dieu, j'aurais été obligé d'aimer tous les enfantts de Bethléem, sans exception  me faisant, pour ainsi dire, un Hérode de l'amour.

En vérité, le fait qu'aucun signe extraordinaire ne nous soit donné est une grâce bien  plus grande que celles dont ont bénéficiés les bergers et les mages. Par le fait historique de sa naivité humaine, Dieu nou signifie entre autres, qu'il nous donne un rendez-vous d'amour dans notre vraie vie, avec des vraies personnes vivantes ici et maintenant à connaître et à aimer.

Le temps de l'Avent nous est donné, aussi, pour accepter de nous laisser mettre en cause par la contradiction évangélique, à l'école du Tout Petit et non des sages et des savents.

James HAGGERTY
Journaliste et écrivain, vient de publier Quitter Dieu pour Dieu aux éditions Mame.

Commenter cet article

Jean 01/12/2009 23:25


Oui restons à son école
comme des petits enfants
sincèrement
Jean


guinyv 01/12/2009 23:19


Plein de bonnes ondes à ton toutou pour demain ...; bonne nuit Muriel amitiés Yves