Bonaparte vend la Louisiane

Publié le par muriel

imagesCATLWAL1

Le 9 avril 1682, René-Robert Cavalier de la Salle, prenant possession de la région du Mississippi au nom du roi de France, la bâptise Louisiane en l'honneur de Louis XIV. De la Salle s'est donné bien du mal : le gouvernement français ne peut tirer aucun parti de cette importante découverte.

Pour la forme, on y fonde une colonie qui, en 1699, végète encore misérablement. Seul le financier Law, sous la régence de Philippe d'Orléans, pense pouvroir exploiter les riches mines d'or que l'on vient d'y découvrir et fait débarquer une nouvelle colonie, appartemant à la compagnie des Indes. En 1731, cette colonie, qui coûte beaucoup plus qu'elle ne promettait de rapporter, rend à Louis XV le privilège d'exploitation qu'elle avait obtenu de lui.

Bref, la Louisiane n'est assurément pas un bon parti. Même Bonaparte, qui ne se consacre qu'à l'Europe, ne voit pas comment tirer profit d'un territoire trop loin et peuplé seulement de 12 000 colons en butte à la malaria et aux attaques des Indiens. A moins de le vendre ! Dix fois plus vaste que la France, la cession de la Louisiane serait la plus vaste opération immobilière de l'histoire de France. Il refuse de la céder aux Anglais, avec lesquels il est en guerre : "Les Anglais n'auront pas le Mississipi qu'ils convoitent, déclare---il. Je songe à la céder aux Etats-Unis. Je considère la colonie comme perdue et il me sera plus utile à la politique et même au commerce de la France que si je tentais de la garder." C'est Talleyrand, semble-i-il, qui fixe mes prix de vente à huit cents l'hectare, soit 15 millions de dollars ou 50 millions de francs. C'est un fabuleux nerf de la guerre pour le Premier consul. La cession est signée le 30 avril 1803, et la possession par les américains est prise le 20 décembre.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article