La Tentation

Publié le par muriel

POMMIER - Malus domestica ou COGNASIER - Cydonia oblonga


Comme un pommier parmi les arbres de la forêt
tel est mon bien aimé entre les garçons,
A son ombre, selon mon désir, je me suis assise,
et son fruit est doux à mon palais.
LE CANTIQUE DES CANTIQUES 2,3


Depuis qu'Eve l'a offerte à Adam, la pomme, fruit de l'arbre de la science du bien et du mal, a toujours été associée à la tentation. (Les petits garçons ne vont-ils pas voler des pommes depuis que les vergers existent en faisant fi de la punition ?). Ca doit être ça, les filles piquaient les coings ... Les pommes d'or que Junon offrit à Jupiter le jour de leurs noces furent placées sous la jalouse surveillance d'un redoutable dragon dans le jardin des Hespérides ; cela n'empêcha pas Hercule d'essayer d'en soutirer une pour l'un des douze travaux. Les légendes populaires du monde entier présentent la pomme comme le fruit magique par excellence, celui qui possède de mystérieux pouvoirs d'envoutement. Blanche Neige s'endormit après avoir croqué dans la pomme empoisonnée. Les jeunes filles en jetaient autrefois la pelure par-dessus leur tête pour savoir si elles trouveraient mari ou resteraient filles : lorsque la peau demeurait entière, elle devait former en tombant l'initiale d'un futur amoureux. Les pommes donnent aussi le cidre et sont à l'origine d'un bon nombre de coutumes campagnardes et de chansons à boire destinées à assurer une bonne récolte. Quant aux "pommes d'or" de Virgile, certains disent que ce serait en fait des coings.

Commenter cet article

Colombe777 08/10/2009 08:46


entrons pleinement dans la Présence de Dieu.je te souhaite une bonne journée...Dieu te bénisse pleinement...Colombe777


Andre26530 08/10/2009 03:10


Le péché existe par la Loi avec ses interdits et ses obligations. De même, la tentation aussi existe à cause des interdits qui sont en contradiction avec la volonté de Dieu et/ou avec les
envies.
Ceux qui ne connaissent pas Dieu disent que le meilleur moyen de se débarrasser de la tentation, c’est d’y céder. En fait, ce n’est pas sûr, car plus on y cède, plus il y a des sujets de tentation.
On devient faible et dépendant.
Le chrétien se prépare pour résister à la tentation. Il y a la prière, la justification par la confession et le pardon, le réconfort par la louange et l’adoration, et par la sainte cène. L’Esprit
soutient et aide celui qui se confie en lui. Il faut aussi évaluer la tentation, respecter la parole de Dieu, et craindre l’Éternel, car si on pèche, on en reçoit la récompense… qui n’est pas
agréable.
Continue, chère Muriel, de céder à la tentation d’être puissamment bénie par notre Sauveur, pour la gloire de Dieu.
André