La Maladie

Publié le par muriel

ANEMONE DES BOIS - Anemone nemorosa


C'est dans le mois de mars que tente de s'ouvrir
L'anémone sauvage aux corolles tremblantes.
Alfred de MUSSET. A la mi-carême

Dans la mythologie classique, Anémone était une nymphe aimée de Zéphyr, le doux vent de l'ouest qui faisait renaitre les fleurs et les fruits de son soufle tiède. Pour la soustraire à la jalousie de sa femme Flora, il la métarmorphosa en cette fleur "si délicate" et qu'il se plaisait à caresser. Le nom de la plante vient d'ailleurs du grec anemos, le vent : l'anémone pulsatille se nomme herbe au vent en français, wind-flower en anglais et Winderöschen(petite rose au vent) en allemand. L'anémone des bois, ou sylvie, est une fleur de contes de fées. La tradition attribue par exemple à des doigts de fées le délicat coup de pinceau rosé qui nuance souvent ses pétales. On dit aussi que les fées "nichent confortablement installées à l'intérieur de la tente des feuilles et tirent les rideaux tout autour d'elles lorsque la nuit tombe. Ce sont les Egyptiens qui, les premiers, ont fait de l'anémone des bois le symbole de la maladie, mais le symbolisme chrétien a par la suite établi la même association. L'anémone des bois est décrite dans certaines scènes de la mort du Christ, elle accompagne également la Vierge Marie en signe de chagrin lors de la Passion du Christ, car il est dit que les anémones naquirent sur le Calvaire la nuit de la Crucifixion - d'où leur autre nom de fleur du vendredi saint ou fleur de Pâques. Elle a bizarrement la réputation contradictoire de provoquer et de soigner la maladie. Pour certains, l'air était si contaminé dans les endroits où pouse l'anémone des bois que le simple fait de le respirer estraînait des maladies graves. D'autres recommandaient de cueillir la première anémone des bois de la saison comme remède contre la maladie.

La première anémone du printemps, cousue dans sa veste,
Où qu'il aille, le protègera de la peste
.

Le lien de la fleur avec le chagrin et la mort vient de la légende d'Adonis, favori de Vénus tué par un sanglier. La fleur est dédiée à  la déesse car les larmes qu'elle versa alors se changèrent en anémones.

Car tandis qu'elle libérait ce qu'il avait de mortel dans son sang,
Et déversait une pluie de larmes sur le corps tout pâle,
De ravissates anémones se mirent à pousser,
Et voilèrent d'un drap funéraire pourpre la cause de tous ses maux.
René RAPIN

Commenter cet article