L'Immortalité

Publié le par muriel

AMARANTE - Amaranthus


Ta louange dans mes vers,
D'amarante couronnée
François de Malherbe

L'amaranthe dont le nom signifie "qui ne fane jamais" et "incorruptible" était une plante sacrée et la symbole de l'immortabilité chez les Grecs et les Latins. C'est donc ici dans le sens d'immortalité que Malherbe emploie l'expression "couronne d'amaranthe". La capacité de cette fleur à recouvrer sa forme et sa couleur dès qu'elle est mouillée était largement utilisée par les Anciens pour la confection de couronnes mortuaires d'hiver. Ils la considéraient en effet comme une fleur funéraire et s'en servait pour agrémenter leurs tombes. Dans un de ses récits, Homère décrit les Théssaliens coiffés de couronnes d'amarandes aux funérailles d'Achille. Comme elle ne perd pas sa beauté en séchant, elle est également souvent utilisée en décoration. L'amarande symbolise aussi l'amour et l'amitié dans le language des fleurs. C'est le sens de l'ordre suédois des chevaliers de l'Amarante instauré par la reine Christine en 1653. A la fin d'un bal, celle-ci se dépouilla de ses diamants, les distribua à la compagnie et présenta le nouvel ordre de chevalerie, qui consistait en un ruban et une médaille représentant une amarante en émail entourée de la devise :
Dolce nella memoria

L'amarante existe dans de nombreuses variétés comme la queue-de-renard, la crête-de-coq ou passe-velours et l'amarante épineuse. Au XVIème siècle, Gérard écrivait : "Cela dépasse de loin mes facultés de décrire la beauté et l'excellence de cette plante rare que l'on appelle amarante et je pense que le pinceau du peintre le plus curieux restera figé lrosqu'il tentera de coucher sur la toile ses éclatantes couleurs." Culpeper, se fondan sur la "théorie des signatures" prescrivait l'amarante (ou l'amarante queue-de-renard pour "arrêter tous les flux de sang". Il écrivait : "Les fleurs séchées et réduites en poudre bloquent les menstrues, de même que presque toutes les autres plantes rouges". On l'appelait ausssi "fleur d'amour".

Commenter cet article