La Haine

Publié le par muriel

BASILIC - Ocymum basilium


Aux environs, l'herbe de baume, dont les feuilles sont
en coeur, et les basilics à l'odeur de girofle, exhalaient
les plus doux parfums
.
Bernardin de Saint Pierre, Paul et Virginie

Bien que doté d'excellentes qualités culinaires, le basilic a de tout temps été cette herbe entourée de fiel qui a déchainé les passions les plus extraordinaires. Chez les Anciens, il symbolisait la haîne et le malheur. Ainsi la pauvreté était-elle représentée par une femme misérable, vétue de haillons et chargée de basilic. Ils coyaient ausi que la plante ne pouvait pas pousser si son semis n'était pas accompagné d'une salve de malédiction et d'insultes.
Les Romains pensaient eux aussi que le basilic avait besoin d'être injurié pour prospérer. Plus tard, sa réputation le précéda en France, où "semer le basilic" signifiait "répandre la calomnie" dans le language populaire. Un point positif pourtant : il permettait de repérer à coup sûr les sorcières. En Italie, c'était un charme d'amour si puissant, disait-on, que, si un homme acceptait une pouse de basilic frais d'une femme, il ne pouvait plus jamais se défaire de son amour pour elle. En Crète, il symbolisait "l'amour lavé avec des armes".
Dans l'Angleterre des Tudors, les femmes de paysans offraient fréquemment de petits pots de basilic en compliment gracieux à leurs visiteurs. Dans son pays d'origine qu'est l'Inde, il est révéré comme une plante sacrée, car c'est l'herbe de Vishnu, Krishna et Shiva. Il apparait partout dans les temples hindous et orne les morts. Ses connotations négatives ont néanmoins persisté.
Une superstition veut qu'un brin de basilic placé sous un pot donne naissance à un scorpion : un médecin français du nom d'Hilarius prétendit même qu'une de ses connaissances, "qui en reniflait régulièrement l'odeur, finit par avoir un scorpion dans le cerveau"? Culpeper avait lui aussi des doutes sur le basilic. "Quelque chose ne va pas, même à proximité l'une de l'autre : or nous savons que la rue est le plus grand ennemi qui soit du poison". Ce n'est que récemment que la noire image de son passé a enfin abandonné le basilic. Celui-ci est du même coup devenu un condiment des plus appréciés, nottament dans les pâtes et les salades de tomates et mozzarelle; il est l'ingrédient indispensable du pistou.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article