Le Festin ou le Banquet

Publié le par muriel

PERSIL - Apium petroselinum


Que le persil répande
Sa vivante verdure sur le festin
Horace

Le persil occupait une noble place dans l'Antiquité. En Grèce, on ne le mangeait pas souvent mais on en tressait des guirlandes pour couronner les héros de guerre et des jeux olympiques, et l'on coiffait à l'occasion des fêtes de mariage. Chez les Latins, les graines servaient à la préparation de sels condimentaires et les feuilles fraiches à celle de sauces et de plats raffinés. Charlemagne aimait par-dessus tout le fromage aromatisé aux graines de persil. A l'époque Elizabéthaine, les boulettes de viande étaient parfumées au persil et le mouton bouilli avec ses racines. Médicalement, il servait à soigner les problèmes hépathiques et rénaux ou était mélangé à des miettes de pain ou de la farine pour faire les cataplasmes. Voici ce qu'en disait Culpeper :
Il apporte un grand confort à l'estomac ... il est bon pour les vents et les obstructions du foie comme de la rate ... la graine est efficace contre les calculs, dont elle calme qui plus est les tourments... Les feuilles de persil apaisent les yeux bouffis ou gonflés par la chaleur, à condition d'être appliquées en mélange avec du pain et de la viance... La sève diluée dans un peu de vin et instillée goutte à goutte dans les oreilles en calme les douleurs.
Le persil était à l'origine dédié à Perséphone. Plus tard, les chrétiens le consacrèrent à Saint Pierre, guide de l'âme et des morts. Une bonne partie des nombreuses superstitions qui sont associées au persil concernent le mort et les désastres. Les anciens Grecs croyaient que l'herbe avait surgi du sang de leur héros mytologique Archemorus, messager de la mort, qui a laissé seul sur un lit de persil par une nourrice négligente, avait été tué par des serpents. Ils la surnommaient "herbe de l'oubli", ils en faisaient des couronnes funéraires pour leurs tombeaux, mais l'utilisaient aussi dans des occasions plus gaies comme le raconte Théocrite :
Au palais de Sparthe, vingt belles filles,
Fierté de la Grèce, la tête couronnée de fraiches guirlandes
Tressées de jacinthes et de persil
Honoraient la fête de mariage de l'heureux Ménélas

Commenter cet article

robic 16/09/2009 14:45

Là où je préfère le persil, c'est avec un plat d'escargots! Pauvres bêtes moins chançeuses que leurs soeurs limaces qui n'ont guère comme prédateurs que les oiseaux!... Il faut manger pour vivre et non... J'espère que ce temps maussade ne nuit pas à ta santé... Gros bisous. Hugues

mamie-lucette 16/09/2009 09:53

On ne connait pas toutes les vertus du persil lorsque l'on assaisonne ses plats avec les feuilles de cette plante. Moi, j'en mets partout. Bonne journée et bons baisers