La Marquise s'en va aux champs avec son cheval, dès potron minet

Publié le par muriel

Tôt ce matin, le roi Radj a réveillé la marquise en aboyant à plein poumons.
Que fait elle? D'un geste sûr, elle ouvrit tous les volets avec sa boite électrique.
Que voit elle : son cheval se promenant dans la cour.
Ah! la coquine, elle préfère maintenant les gravillons. Attend ma grande, tu vas voir ce qu'il va t'arriver, pense la brave marquise des Ouchettes.
Et puis arrive tout de suite l'infirmière, qui ne pense qu'à son boulot et au nombre de piqures qu'elle doit faire.
Elle entre donc à la maison et, pauvre "malade" je la laisse faire son job me disant la jument est avec mon Radj, il va la garder. 
Bien sûr, j'étais en tenue de nuit avec ma rope de chambre
Puis l'infirmière part et munie d'une longue et d'une béquille (il faut pas éxagérer quand même), je vais retrouver la donzelle sur la pelouse.
Gentiment, sachant que je suis "plus un caid sur deux pattes", se laisse faire avec ma longe (en fait, elle s'est surement demandée pourquoi je ne lui mettais pas de licol) et cahin caha avec nos 7 pattes nous  avons fait un grand détour pour entrer dans le pré. 
Deuxième arrêt,  Mademoiselle ne voulait pas rentrer, me disant ; "alors là, c'est totalement incurable ton cas, je n'irais pas, il n'y a plus d'herbe dans ce pré là". 
Il a fallu que nous parlementions et, enfin j'enleva le faux licol, vraie longe et ferma la cloture.
Et voilà un début d'histoire charmant, belle matinée buccolique
Mais en rentrant, je devais passer devant la piscine et ... je me suis pris les pieds sur le faux parquet et Madame la Marquise se trouva les quatres fers en l'air, la béquille plus loin.
N'empêche, j'ai bien calculé mon coup, je suis tombée à genoux (la cloche de l'église oublia de sonner) juste pil poil entre un roncier et des chardons.
Il a fallu me relever : mission impossible. 
Heureusement "dame petit dej" est arrivée et voyant que cela n'avait  pas l'air normal, saute la barrière électrique et se met à courrir pour me chercher. Heureusement, ne me trouvant pas dans la maison, elle est  sortie et a entendu un faible souffle appeler de derrière la piscine.
Bref, l'histoire est presque finie : elle m'aida à me relever et nous sommes rentrées à la maison où j'ai eu droit à un solide petit déjeuner.
Puis train train quotidien, et j'ai pas loupé la messe à la télévision
Amen.

Commenter cet article