La charité

Publié le par muriel

NAVET- Rapa


Tous les Romains, sans distiction de classe, avaient la plus haute estime pour le navet qu'ils regardaient non seulement comme un délicieux légume, mais aussi comme un garant de bonne santé. Columelle recommandait d'en cultiver d'abondantes quantités, car le surplus éventuel pouvait toujours être donné en pâture aux animaux. Pline lui-même le classait en seconde position, juste derrière le blé, sur la liste des aliments essentiels à la vie et à l'économie. Il parle de tubercules pesant jusqu'à quarante livres. Autrefois, les chevaliers intégraient des navets sur leurs blasons pour indiquer que leurs intentions étaient pacifiques et qu'ils étaient charitables envers les pauvres. u XVIème siècle, le navet était utilisé pour soigner l'enrouement, la toux et la goutte. Mais son jus servait aussi à tremper l'acier des couteaux, des poignards et des épées. Quant aux herboristes, ils considéraient le navet comme un aphrodisiaque, mais qui pouvait aussi être employé  dans la préparation de produits de beauté ou de remèdes destinés à aiguiser la vue. La navet n'est pourtant pas totalement bon : en Wesphalie, lorsqu'une femme servait des navets au jeune homme qui la courtisait, c'était pour lui signifier qu'il ne lui convenait absolument pas. Quant à l'expression contemporaine "avoir du sang de navet signifie que le efforts acharnés que l'on s'apprête à faire resteront infructueux.

Commenter cet article