Le bienfait

Publié le par muriel

POMME DE TERRE - Solanum tuberosum


Pain du pauvre et luxe du riche, la pomme de terre mérite certainement de représenter le bienfait. Rapportée du Nouveau Monde par les conquistadores au début du XVIème siècle, elle fut tout d'abord confondue avec la patate douce et ne connu qu'un succès tardif et mitigé en Europe. Elle ne fut véritablement introduite dans le Nord et l'Est de la France que cent ans plus tard, se diffusant d'abord parmi le peuple comme un remède aux disettes. Dans la classe aisée en revanche, elle passait encore pour juste bonne à nourrir les animaux. Ce préjugé défavorable subsista jusqu'à ce qu' Antoine Parmentier, pharmacien de son état, écrive en 1772 un mémoire dans lequel il vantait ses qualités nutritives. Appuyé par l'Académie d'Agriculture de Paris, il tenta alors par tous les moyens de lutter contre les préjugés de l'aristocratie. C'est ainsi qu'il fait garder uniquement de jour, les champs d'expérience installés à Grenelle et dans la plaine des Sablons, pour que la nuit venue, l'appât du "fruit défendu" pousse les Parisiens à venir voler quelques tubercules. La mauvaise récolte de 1789 et la menace de la famine qui s'ensuivit contribuèrent ensuite à  faire de la pomme de terre l'aliment que nous apprécions aujourd'hui dans ses inombrables préparations.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article