L'ardeur

Publié le par muriel

ARUM - Arum maculatum


L'arum, l'une des plus anciennes fleurs européenne, se rencontre couramment en bordure des haies. On le connait aussi sous toute une ribambellle de noms populaires ou régionaux tels herbe dragonne, grouet, langue de boeuf, pied-de-veau et vaquette. La plupart de ces noms très imagés font directement allusion à la forme du spadice érigé, qui commence à se réchauffer vers midi. Il se met alors à exhaler un parfum qui attire diverses petites mouches, lesquelles se chargent ensuite de la pollinisation de la fleur. Le fruit de l'arum était l'objet d'un étrange symbolisme sexuel que les fermiers supertitieux prenaient très au sérieux. A la simple vue de la taille du spadice, ils pouvaient en effet dire si la récolte de l'année suivante serait ou non abondante : évidemment plus il était gros, mieux cela valait.
C'est également son port érigé qui a conduit le médecin grec Dioscoride à le classer parmi les aphrodisiaques en ajoutant : "Il est vésicant et réveille l'affection lorsqu'il est bu en même temps que du vin". L'arum se rencontre parfois sous le nom "Gethsémani" (nom du jardin où le Christ pria au pied du mont des Oliviers) parce qu'il poussait au pied de la croix du Christ et qu'il avait été éclaboussé de son sang. Bien que ses fruits soient extremement vénéneux et que toutes les parties de la  plante soient très amères, la racine de certaines variétés renferme une substance farineuse qui devient comestible dès lors qu'elle a été préparée correctement et débarrassée de son suc âcre
Elle est vendue dans le commerce sous le nom d'arrow-root. La même racine permet d'extraire de l'amidon, jadis utilisé par les nobles pour durcir leurs collerettes et leurs fraises. John Gerard contemporain d'Elizabeth Ier, écrivait : "l'amidon le plus pur et le plus blanc s'obtient à partir des racines d'arum; mais c'est aussi le plus douloureux pour les mains des lavandières chargées de s'en occuper, car il fait des entailles et des ampoules et rend les mains rugueuses et gercées et tout à la fois cuisantes".

Encore à l'ombre, fleurit l'arum, auquel succède un épi de fruits écarlate, et l'anémone des bois, une charmante fleur blanche ou légèrement teintée de violet.
Alphonse Karr. Voyage autour de mon jardin.

Commenter cet article

guinyv 04/09/2009 23:25

Nous en avons c'est une belle fleur qui a souffert cette année par manque d'eau..; bonne soirée Muriel amitiés Yves

sirach 04/09/2009 20:20

quelle explosion de la vie, sur notre planete! Si j'ai bien lu, l'arum n'a pas une vertu curative comme une multitude de ses soeurs... Dis-moi, j'ai beau écarquiller les yeux, je ne vois pas de biberon, et pourtant, c'est moi qui aie pris la photo, d'où mon absence sur l'image...Et poutant, j'adore téter! Passe une très bonne soirée. Bisous.