La suscription des psaumes

Publié le par muriel

Quand les Ziphites vinrent dire à Saül : David n'est-il pas caché parmi nous ?
(Ps 54 /53/)


Il vaut la peine de ne pas toujours nous contenter de lire les psaumes dans nos livres de messe, un petit détour par la Bible est souvent très instructif. Tout d'abord, pour y retrouver le texte du psaume en entier, premier avantage, non négligeable, on s'en doute. Mais aussi pour lire ce que l'on appelle la "suscription", c'est-à-dire, comme son nom l'indique, ce qui est écrit au-dessus du numéro du psaume. De très nombreux psaumes en possèdent une qui peut se limiter à deux mots ("De David", par exemple) ou au contraire occuper plusieurs lignes. Lorsque la suscription est longue, elle peut comporter le nom du chef de choeur ou d'autres indications d'ordre musical ("avec instruments à cordes"). Le cas le plus intéressant est celui d'une évocation historique, telle celle du psaume 54 /53/ : Quand les Ziphites vinrent dirent à Saül : David n'est-il pas caché parmi nous ? Ici le point d'interrogation, comme souvent en hébreu, doit être lu comme un point d'exclamation, il s'agit d'une dénonciation pure et simple : alors que David s'est enfui de la cour pour échapper à la folie meurtrière du roi Saül, les habitants de Ziph s'empressent de le dénoncer au roi (1 S 23, 19).
On n'en déduira pas obligatoirement que David a composé lui-même ce psaume en entier, mais il a très certainement éprouvé les sentiments qui y sont exprimés. La communauté rassemblée au temple de Jérusalem, pour chanter ce psaume au nom du peuple tout entier, reconnaît sa propre expérience dans les épreuves traversées par David et se sait invitée à imiter sa confiance en Dieu en toutes circonstances.

Commenter cet article

muriel 02/09/2009 12:46

c'est scandaleux. Personne n'a lu l'article. Et pourtant il y avait une faute ENORME. Au pont (de Normandie) à la place du point d'intéroagation...