Chanson Limousine

Publié le par muriel

Airs des bourées limousines



Salut, mon pays !
Allons, riez voisines !
Je viens de Paris : c'est moi, mes chers voisins.
Chantons et dansons, mes belles Limousines,
Légers et d'aplomb, mes braves Limousins.
J'ai trente écus, je les ai là, dans ma bourse.
Vive en été la truelle du maçon !
Mais, chaque hiver, je reviens boire à tes sources,
O mon pays, et rapprendre tes chansons.

Ah ! quel doux parfum nous vient de la cuisine !
Un bon clafoutis ferait pécher les saints.
Vous en aurez un, gentilles Limousines,
Dûment arrosé, solides Limousins.

Il n'est régal plus divin que la châtaigne,
Lorsqu'on la mange en fêtant un gai retour.
Humbles bonheurs, ah! je plains qui vous dédaigne;
Pour le pays celui-là n'a point d'amour.

Comme on embellit en quelques mois, cousines !
Comme on pousse drû, cousines et cousins !
Pour nous dégourdir, mes fraîches Limousines,
Dansons lestement, mes jeunes Limousines.

Sol de granit, retentis sous nos semelles !
Toi, violon, ris et chante sous l'archet !
Tourbillonnez, palpitez, battez des ailes,
Envollez-vous dans la brise, ô barbichets !

Reprise finale

Salut, mon pays ! Allons, riez, voisines !
Je viens de Paris : c'est moi, mes chers voisins,
Chantons et dansons, mes belles Limousines,
Légers et d'aplomb, mes braves Limousins !

Commenter cet article