Noël aux champs

Publié le par muriel

Air d'une pastourelle Béarnaise











Bergers, et vous, bergères,
Il faut ouvrir vos yeux.
Le son des harpes claires
Emplit les vastes cieux.
Soudain, la nuit profonde
A rayonné.
L'enfant promis au monde,
L'enfant est né !

Là haut, l'essaim des anges
S'en va louant Jésus.
Mais lui n'a point de lange ;
Ses pieds charmants sont nus.
Il dort : la paille sèche
Est son berceau.
Il dort dans une crèche,
Comme un oiseau.

Il vient pour faire entendre
Les mots du saint pardon ;
Sa voix aimable et tendre
Dira toujours : Sois bon.
Berger, quel humble maître
Nous est donné !
Allons vers ce doux être ;
L'enfant est né !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article