Sclérose

Publié le par muriel






Elle pourrait devenir une prose
Avec son nom rimant avec la rose
De la myéline, elle est la virtuose
Pourtant elle n'est que sclérose.
Compagne quotidienne et sournoise
De ces nerfs au goût de gourmandise,
Mêlant ses humeurs de courtoisie
A celle de la tempête qui brise.

Derrière des traces blanches sur le cliché
Une maladie attendant de se montrer
Après sa fureur reste le corps à dompter
Dans l'acceptation des limites imposées.

Digne combat au nom de l'autonomie
En ouvrant la fenêtre aux minutes serties
De bonheur de sensibilité et de magies
Souvent perdues dans les méandres de la vie.

Incapable de trouver d'où viennent ces vers que j'avais copiés sur mon ordinateur.
S'ils appartiennent à quelqu'un, qu'il me le fasse savoir, je mettrai son nom

Commenter cet article

muriel 14/08/2009 18:08

Mamie-Lucette. Le Seigneur a voulu mes maladies, diverses et variées Je ne me plains pas, qu'elles servent à ceux qu en ont besoin.

mamie-lucette 13/08/2009 13:58

Je ne sais comment te dire ce que je ressens quand tu parles de ton fauteuil qui est devenu ton ami. Il y a des maladies qui ne devraient pas exister car elles anéantissent l'existence de ceux qui en sont atteints. Je te souhaites beaucoup de courage, et je te fais de gros bisous

danylle 13/08/2009 13:51

Super soirée avec mon ami Hugues, (mon petit papy) comme promis nous avons pensé à toi, à bientot de te lire bisous

Robic 12/08/2009 21:33

Chère Muriel. Hier soir, nous avons beaucoup pensé à toi, dans cette petite église de Cordon, en haute Savoie, pleine à craquer et où Jean-Claude Gianadda nous a une nouvelle fois enchatés.Curieux; Moi qui ne crois pas au ciel, je sens une espèce d'apaisement quand je franchi le porche d'une église.La visite de Danyle m'a fais beaucoup de bien. Ma famille l'a trouvée fort sympatique... Je connais et je suis l'ami de pas mal de blogueses, alors, ne désespère pas!Je te souhaite une douce nuit...Et je serais présent pour la nuit des étoiles. Bisous. Hugues

Robic 12/08/2009 21:21

Quelle leçon de courage et de vie... J'ai honte de me laiser aller quelquefois sur la pente du désespoir. Je pense à notre amie Pascale qui ne peut plus écrire. Je vous embrasse très fort.