Le siège de Mézières

Publié le par muriel


Mélodie populaire française
Les Allemands, devant Mézières,
Disent entre eux d'un air gaillard :
"Gens affamés ne tiennent guère,
Et les Français n'ont plus de lard!"
Leur capitaine crie : "Allons Bayard, rend-toi!"
Mais le vaillant réplique : "Ah! ça, ris-tu de moi ?
Nos murailles sont trop fières !
S'il le faut, nous vivrons de rats.
Ventre creux, tiens bon, Mézières,
Et Francaise tu resteras !
Taratère, Taratère, Tarata, Tarantatara,
Tarentatère, Taratère, Tarata, tarantantara.

L'autre répète : "Il faut te rendre,
Ou, pour les tiens, point de merci.
- Mais, dit Bayard, comment m'y prendre ?
L'eau du fossé m'enferme ici.
Laisse-moi faire avec tes gens un pont de corps,
Et je t'apporterai les clefs au son des cors.

"Feu partout, des meurtrières !
Notre sol en sera plus gras.
Les voici ! Tiens bon, Mézières,
Et française tu resteras "
Tarata, taratère,
Tarata, taratantara !
Taratère, Taratère,
Tarata, Taratantara !

Ceux d'Allemagne ont fui Mézières :
Notre Bayard respire enfin.
Car on souffrit bien des misères :
Tous, par leurs yeux, criaient : J'ai faim !
C'est pour mieux faire son devoir qu'il fut joyeux.
Pleure : c'est bien; mais, si tu ris, crois-moi : c'est mieux.

Ils ont fui : flottez, bannières !
Leur grand chef est dans l'embarras.
Il peut dire : "Adieu, Mezières !
Bien française tu resteras."
Taratère, taratère,
Tarata, taratantara !
Taratère, taratère,
Tarata, taratantara !

Commenter cet article

mamie-lucette 11/08/2009 13:28

Les habitants de Mézières ont tenu bon devant l'ennemi, mais ce n'est pas pour celà qu'ils auront de quoi manger. La vie était dure à cette époque. Bonne journée et bons baisers